Boveresse

Histoire du village de Boveresse

Entrée sud du village de Boveresse

Malgré son apparence peu importante, Boveresse est aussi ancien que les villages qui l'entourent. Il est très difficile de dire à quelle date Boveresse fut fondé. La première mention écrite remonte à 1266 sous le nom de "Boveressa", mais tout laisse supposer que sa création date de celle du Prieuré St-Pierre de Môtiers (vers l'an 950). D'ailleurs, au point de vue spirituel, Boveresse a toujours été rattaché au Temple de Môtiers et en était copropriétaire.

Cependant, une nouvelle chapelle fût bâtie en 1766 et inaugurée en 1768. Elle était affectée à deux secteurs d'activité. L'un étant celui des cultes et l'autre servait à l'instruction scolaire puisque nous y trouvions une salle de classe.

Chapelle et salle des spectacles de Boveresse

Mais le 24 janvier 1860, un violent incendie détruisit une partie de la chapelle et l'on fit appel à l'architecte Perrier pour la "Recoification" du bâtiment. Sur ses conseils, la commune fit établir, à la place du clocheton central, une tour en moellons de pierre jaune de 13 pieds en carré et d'une hauteur de 45 pieds du côté du vent. La pierre fut extraite de la carrière des Bossenets.

Ce bâtiment étant très peu utilisé, l'Eglise allemande du vallon fut autorisée à célébrer un premier culte le 26 octobre 1859. Dès lors, ils furent presque les seuls à utiliser régulièrement la chappelle, d'ou l'appellation populaire "Temple allemand".

Le 26 avril 1913, suite à une décision du Conseil des Anciens, l'usage de la chapelle par l'église allemande fut abandonnée. La chapelle n'a plus été utilisée qu'occasionnellement, pour les enterrements, les fêtes de Noël de l'école et pour le Telethon des sapeurs-pompiers. Ce bâtiment tombant en décrépitude, c'est avec soulagement qu'est tombée, le 21 décembre 1994, la décision du Conseil général de créer, dans la chapelle, un lieu communal associatif et convivial.

Texte en partie tiré de la brochure "Inauguration de la salle villageoise" Boveresse, 25 et 26 avril 1997.

Les armoiries

Armoiries de Boveresse

Fixées par un arrêté du Conseil général de 1890, les armoiries de Boveresse sont récentes car ce village employait auparavant celles de Môtiers. En effet, l'histoire de ces deux villages est intimement liée, de par le fait qu'ils ne forment qu'une paroisse. Boveresse signifie la Raisse aux boeufs. Ce village serait bâti sur l'ancien parc à boeufs du Prieuré St-Pierre. En effet, tout monastère possédait des fermes, il est dès lors possible que l'endroit où Boveresse s'est construit fût une dépendance du Prieuré, d'où l'adoption de ces armoiries parlantes.

D'azur à deux ponts d'argent surmontés d'un rencontre de boeuf d'or lampassé de gueules

Situation

Boveresse est situé au pied de la montagne à 737 mètres d'altitude. En gravissant la pente, on atteint "Plan Essert" à mi-côte où une station de chemin de fer franco-suisse a été établie. De cet endroit, un sentier conduit au "Mont de Boveresse" qui comprend : le Bordon, Jolimont, le Chablais, Sur le Mont, Monlézi, La Rosière, La Croix, Rochebulon, une partie des "Grands Près" et "Les Charbonnières".

Entre le village de Boveresse et Monlési, on peut contempler un arbre appelé le "Tilleul des catholiques", il est placé sur le chemin qui reliait le Prieuré St-Pierre de Môtiers à l'abbaye de Mont-Benoît. Un acte de délimitation de forêt mentionne cet arbre en 1567 déjà.

Plus au nord, on découvre la Glacière de Monlési qui est formée de quatre puits ou cheminées qui s'ouvrent dans le sol et se rejoignent à une profondeur de 25 à 30 mètres par une voûte et forme une sorte de bassin où s'amassent la glace formée par l'eau de la fonte des neiges.